Bilbao ou le début d'un nouveau projet

Publié le par Pierre Giorgi

Bilbao ou le début d'un nouveau projet

Le cheval espagnol a beaucoup influencé l'équitation classique de tradition française. Il a grandement contribué à la renommée de l'école de Versailles. La Guérinière, père de l’équitation classique a vanté ses qualités et le reconnaissait comme le 1er pour le manège. Au XIXème siècle et début du XXème siècle, le développement de la mécanisation et surtout l'engouement pour les nouvelles disciplines telles le CSO va amener à un certain abandon de la race. Les éleveurs se contentent alors de le croiser à d'autres races pour obtenir des chevaux de sport ou de travail dans le bétail. Vers les années 1970, on verra un certain renouveau pour le Pure Race Espagnole. Les amoureux de cette race, sur tout le territoire espagnol, en France et en Belgique conjuguent leurs efforts pour contribuer et promouvoir à nouveau la race.

En 2003 la race est reconnue officiellement en France par les haras Nationaux et j’ai pu en 2004, présenter la première jument PRE en finale des concours de dressage jeunes chevaux cycle libre à La Grande Semaine de l’élevage de Saumur. Depuis bien d’autres ont continué à valoriser des PRE sur les concours de dressage.

Bilbao ou le début d'un nouveau projet

Malgré tout, là ou ses qualités s’exprimeront le mieux sera sans doute l’équitation de travail. Cette discipline qui se pratique en costume et harnachement traditionnels est issue de l’ équitation des vaqueros espagnols, elle permet de mettre en évidence la maniabilité des chevaux et leur connivence avec leur cavalier, soit devant le bétail, soit sur une reprise de dressage montée à une main ou bien encore sur un parcours de maniabilité présentant des obstacles similaires à ce qu’ on rencontre dans la campagne : portail, passerelle, parc à moutons, slalom entre des arbres etc etc.

Bilbao ou le début d'un nouveau projet

Bilbao jeune PRE noir de 4 ans, au modèle baroque, vient d’arriver aux écuries. Il porte en lui le sang de bonnes lignées espagnoles et semble posséder deux qualités : confiance en l’homme et sensibilité. Au fil des mois nous vous parlerons de ses progrès et vous expliquerons comment il devient, par un entrainement régulier, un bon cheval de travail.

Publié dans Équitation de travail